Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LEDORMEURDUVOL

Bienvenue dans ma crypte... Je suis LeDormeurDuVol, ou Linceulite, une chimère onirique, un être de l'ombre se nourrissant des frustrations du monde, des sentiments perdus, des peurs et des pleurs que nous portons en nous..
Attention, certains de mes textes sont RESERVES A UN PUBLIC ADULTE et peuvent choquer. Personne ne vous oblige à les lire, et si vous ne m'aimez pas, passez votre chemin....
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- Introduction
- Poèmes et Poésies
- Nouvelles et Histoires
- Les Enfers (adultes)
- Photos et Illustrations

5 DERNIERS ARTICLES
- APARTE ZERO - L'homme de Budapest.
- La belle aux eaux dormantes.
- La Rose et le Piano
- Rencontre avec la peur (1)
- Vie et Mort d'un Rodeur...
Sommaire

BLOGS FAVORIS
1.Vagintello
2.Lessentimentsdunevie
Ajouter ledormeurduvol à vos favoris
 Correspondances Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

 

Lettres trouvées à Maison-Haute. Ci-dessous, retranscription de cette correspondance et annotations de ma main (si nécessaire). Travail effectué avec Maître Khan avec toute ma reconnaissance. Quelques photos étaient jointes à ses lettres, mais l'humidité les a collé. Une méche de cheveux et la médaille d'un saint ( Saint-Guignefort? ) se trouvaient également attachés à l'ensemble.
Aucune lettre n'est datée, et les enveloppes timbrées manquent. Le tout tenait dans une boite en fer rouillée (20 centimètres sur 14 centimètres) qui devait contenir au préalable des bandages herniaires de marque Hodfield & Son.


Cher ami.

Je vous attendrais dans la bibliothèque, avec cet exemplaire de la "Lettre d'Alexandre à Olympias et à Aristote" dont vous me fîtes cadeau. Cette édition est admirable et la dorure parfaite.

Oserais-je vous demander ce que vous pensez de mon essai sur Callimaque de Cyrène?

J'aimerais en parler avec vous, autour d'un bon cognac, je me suis fait livrer un Otard de 1860 qui est merveilleusement goûteux.

Baisez la main de votre dame pour moi, vous savez qu'elle m'est précieuse.

Puisse votre source rejaillir!

Votre ami et serviteur,

Terry O'Meher, deuxième du nom.



 
Mon très cher terry,

(Ou devrais-je vous dénommer Péritas? Ceci conviendrait à votre pédigrée et à nos références courantes à Dhû'l-Qarnâ').

Un Otard! Excellent choix. Mon choix se porte plus aisément sur un Royer 1859, les années précédentes trahissant encore le manque d'expérience de la maison. J'esère que vous ne me tiendrez pas rigueur de ce coup de Jarnac!

Celui qui en sait trop et qui ne sait pas tenir sa langue est comme un enfant armé d'un couteau.
C'est la maxime que je retiendrai de votre essai. En vous lisant, j'ai l'impression d'être Apollonius, mais j'espère que vous ne vous fendrez pas à mon endroit d'un "Ibis" comme le Maître en gratifia jadis son disciple.

Me connaissez vous si mal que vous imaginez qu'un baiser sur la main soit la seule chose dont je me satisfasse lorsque j'approche ma dame?

Je sais qu'elle vous est précieuse, et sachez, mon Ami, que vous lui êtes tout autant. Il m'arrive parfois,au demeurant, d'envier cette subtile complicité. Mais soyez tranquille, cette envie a toujours été dépourvue du moindre sentiment laid ou indigne d'un Lord.

Ma source... cela me rappelle le texte d'un des ces contemporains français... comment se nomme-t-il au juste...?? Maupassant, je crois.
Un texte d'un raffinement et d'une perversion rarement égalées.

Votre dévoué et reconnaissant,

Tommy W. Bulsara



 
Old chap!

Comment vous tenir rigueur de cette escarmouche bien dans votre manière en tout point ? Si j'avais l'outrecuidance de penser que vous n'étiez pas à même d'être à la hauteur de relever le gant (comme vous le fîtes à Bayreuth lors de ce tournoi militaire d'escrime en 1919) je vous aurais servi un vulgaire Arthus de Segonzac ou un armagnac blanc que vous détestez car il altère le goût de vos cigares de St Domingue.

Je vois que vous avez lu la Scholia In Theocritum et maîtrisez les pamphlets d'Eratosthenes (en considérant qu'ils soient bien de sa main, ce dont je doute) et je pourrais dire de vous, tel Virgile "Felix qui potuit rerum cognoscere causas"

Diantre ! Comment pourrais-je douter de votre approche galante ? Je me souviens fort bien de cette bohémienne que nous rencontrâmes à Zanzibar qui benoîtement voulait entrer dans le protectorat pour je ne sais quelles diableries... Il me semble que vous obtîntes bien plus que sa main ou son coeur ! (et je le crains quelques mauvaises fièvres malignes)

Me croyez vous sot et mal instruit ? De ne point avoir connaissance de ce Maupassant ? J'ai un point commun avec lui, je suis né l'année de sa mort en 1890 ! Le saviez-vous?

J'ai lu ses Contes de la bécasse et Boule de Suif, mais je trouve cette écriture un peu trop moderne à mon goût. Cette histoire de femme de mauvaise vie qui pactise avec le Prussien...
Vous me connaissez, j'aurais usé de mon Enfield pour leurs donner leur pesant de 476 !

Je vois que la perversion vous habite toujours, cher vieux compagnon ! Un retour de ces fameuses fièvres sans doute ?

Votre ami et serviteur,

Terry O'Meher, deuxième du nom.

Post-scriptum: Quand aurais-je le plaisir de revivre quelques moment à Mûrrakûsh avec vous?



 
Mon très cher ami

Quelle coïncidence extraordinaire que vous citiez Virgile, dont je suis par ailleurs un grand admirateur, moi qui me prend à rever que je suis un Enée et que le monde qui m'entoure est un Enfer: nouveau, effrayant, fantastique, lugubre, tentant....
En effet, vous connaissez ma passion pour les Sciences (et Dieu sait que notre époque a cela d'unique qu'elle est en pleine ébullition à ce sujet), je suis actuellement plongé au coeur des écrits de Durkheim sur le suicide, et lui même a fait de cette maxime son crédo et le fondement de ses théories.

"Heureux celui qui peut des choses connaître les causes".

Et bien figurez-vous, Dear Friend, que je m'aperçois que je fais mienne cette phrase chaque jour davantage.
Sans doute cela explique-t-il ma boulimie de connaissance et mon emerveillement devant les choses nouvelles. Et la peur que cela peut engendrer.

Que de souvenirs communs déjà... Il me tarde devous revoir.
Je souhaite m'entretenir avec vous d'un projet d'expédition qui me tient à coeur.

Cette bohémienne aux yeux de chats dont vous me parlez, m'a laissé différents... "messages" voyez vous.
Comment vous l'expliquer sans que vous me jugiez bon pour le Maudsley Institue??

Elle vient souvent me parler... en rêve. Mais ce que j'entends par là, c'est qu'elle vient VRAIMENT me parler. En réveillant au passage et pour de longues heures ces maudites fièvres. Et depuis quelques temps, elle me parle parfois de vous.

Elle vous a évoqué dernièrement, parlant de vous comme "Ojibwa","Kurete", "Aïno","Shih Tzu" et j'en oublie... je n'y comprends rien!
Ce que j'ai compris, c'est qu'elle m'a dit qu'il nous était vital, à vous et à moi, de nous rendre prestement au Caire. Que vous sauriez pourquoi. Et que je découvrirai alors ma vraie nature.

Je crains pour ma santé mentale, Terry. Mais pas pour ma santé physique si je juge des prouesses que je puis réaliser en rêve pour contenter cette bohémienne dont j'ignore le nom!

Répondez moi vite, très cher ami... les fièvres engendrées par ces rêves sont de plus en plus intenses, et je suis persuadé que vous êtes l'un des rouages du mécanisme qui ménera à ma compréhension, voire à ma guérison.

Tom.



 
Mon ami,

Que dis-je, mon frère, puisque nous avons eu l'honneur de servir la Reine dans le même bataillon! Si les officiers du Royal 5ème Régiment de Norfolk ne sont pas des frères, alors que sommes-nous ?
Je m'estime être plus qu'un ami depuis ce jour d'août 1915, quand d'étranges aboiements de chiens détournèrent notre attention alors que nous atteignîmes la colline 60... Auriez-vous oublié la balle qui transperça votre épaule déchirant le ligament coracoïdien ? Auriez-vous oublié Sir Ian Hamilton disparaissant à notre vue pendant que je coupais la toile de ma tunique de service ?.

L'Enfer... Nous l'avons vécu, ensemble, aux Dardannelles. Puis séparément, quand vous fîtes ce séjour en sanatorium. Je me souviens de vos errances dans les dunes de Norwich. De votre volonté de sauter des 96 mètres de la cathédrale. Du scandale du Dragon Hall. Qu'aviez-vous donc vu alors ?
Je maudis ces démons qui vous dévorent. Souvent je ne vous comprends plus.

Laissez donc Durkheim, Lévy-Bruhl, tous ces sociologues, ou Flammarion et ses fantômes, ils ne font qu'ajouter brouillard et doute en vos délires.
Retrouvez vos saines inspirations, j'aimais quand au Green Manor's club vous nous faisiez découvrir des passages poétiques des grands auteurs. Je me souviens des échos de votre puissante voix déclamer Virgile


"J'ai des fruits savoureux, des chataîgnes amollies par la flamme, un laitage abondant. Déjà les toits des hameaux fument au loin, et les ombres grandissantes tombent des hautes montagnes..."

Je regardais Lord Peyton siroter sa liqueur de whisky, les yeux mi-clos, savourant vos paroles...
Faites fi de ces souvenirs, de ces paroles, de ces mauvaises fièvres... Je sais, au trop combien, que vous avez la tête pleine de ces étranges syllabes.


Je ne vous l'ai pas dit, mais lors de notre dernière chasse sur les terres de Lord Percival Everett, vous fûtes victime d'un étrange malaise lors de la curée, et alors que je baignais votre front brûlant d'un linge, vous psalmodiâtes de fort confuses paroles. Des mots dont je ne saisissais pas le sens. "Kaalb.... T'ien-k'uan!!! Caniba!, les Mangechairs arrivent! Fuyez! Gardez-vous Felicane!" et d'autres mots me semble-t-il en Arabe et en langue Perse...

Une force non-humaine vous tordit les membres, tant et si bien, que je devais lier vos mains de ma ceinture de chasse. Je vous avais dit à l'époque que c'était sans doute le "vomito negro" puisque nous revenions du Sénégal, et vous fîtes semblant de me croire...
assurément sachant que vous .

Mon bon ami, je vous sens vivant enfer sur Terre, cherchant des Dieux ou des explications. Soit, si vous avez besoin de moi pour trouver réponses à vos maux, je serais là. Dites-moi quand vous voulez partir, si comme d'habitude nous prenons "L'Escurial" pour nous rendre au Caire, laissez-moi quelques jours pour vendre quelques titres, faire bagages, et je suis votre homme!

Mais qu'en pensera votre douce amie ?

Votre dévoué Terry




Fin de la correspondance, mais n'ayant pas fouillé chaque pièce, je ne désespère pas de trouver la suite.

LDDV et KH4N (2009)


 
Post Scriptum

Une autre lettre était utilisée comme marque-page dans un livre "Monstrorum historia cum paralipomenis historiae omnium animalium" de Bartholomaeus Ambrosinus, précisement à la page parlant de la vie de Pétrus Gonsalvus en 1555.



Cher compagnon.

Jeudi 10 mai 1923.

Je vous écris de Boston où je suis bien arrivé. J'ai eu la chance de trouver une belle chambre meublée dans une pension à l'angle de Beacon Street et Spruce Street, au quatrième étage sous toits. je me meurs à cause de la chaleur mais j'ai une magnifique vue sur le parc. Hier j'ai un peu visité la ville, j'ai vu la maison de David Sears, juste à coté de la pension, magnifique batisse de granite qui ressemble à un chateau. Pour passer le temps j'ai été voir un spectacle d'un certain Laurel un comédien burlesque assez pitoyable qui se moque de Robin Hood; il me semble l'avoir déjà vu à Londres dans la troupe de Fred Karno car c'est un compatriote.

Je dois vous avouer mon inquiétude à votre sujet. Votre trace se perd dans cette ville qui était ma dernière piste. Toutes mes lettres, aussi bien au club qu'à votre adresse de Payton Street, me sont revenues, et mes radiogrammes à l'étranger demeurent sans réponse. Où pouvez-vous être bon sang !

J'ai lu hier dans le Time magazine, un nouvel hebdomadaire ici, que les problèmes sont incessants dans nos colonies. Seriez-vous concerné par ces troubles, que ce soit par l'émirat hachémite ou la constitution de la Palestine? Etes-vous en Irak? Dans le golfe d'Aden?

Je vous ai cru en Egypte, en avril dernier, suite à ces événements étranges après le décès de Lord Carnarvon, mais aucun des muwaafin du Winter Palace ou du Shepheard's ne vous a vu depuis des années.

Je n'ai pas oublié que ce 10 mai est une date importante pour vous. Et j'ai le coeur serré en vous imaginant dans je ne sais quelles difficultés.

Dans l'attente, enfin, d'une réponse de votre part..

Terry.

 

  Ecrire un nouveau commentaire Posté le 01-08-2009 à 22h15

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- APARTE ZERO - L'homme de Budapest.

- La belle aux eaux dormantes.

- La Rose et le Piano

- Rencontre avec la peur (1)

- Vie et Mort d'un Rodeur...

- Poème Numb3r 6

- L'enjeu (Sed non satiata)

- Maison-Haute


 Liste des commentaires Ecrire un nouveau commentaire

 1 - dadou a écrit le 04-08-2009 à 10h41
 Son blog/site : http://lessentimentsdunevie.allmyblog.com

je trouve cela fascinant de pouvoir retrouver des lettres ecrites par des personnes d'une autre époque de voir les sentiments qu'ils éprouvaient , leur vie et le style d'écriture est interéssant aussi , la chasse aux trésors des reliques j'adore trouver un indice et parcourir le monde a fin de trouver ce trésor je trouve les personnes qui font cela courageuses j'aurais trop peur de me faire tuer lors d'une expedition a cause des pieges inventés pour que personne puisse les retouver
 

 2 - Angé.... a écrit le 05-08-2009 à 23h43
 Son blog/site : Http://moon.allmyblog.com

Bonsoir ! Merci pour votre passage sur mon blog !
Le genre épistolaire est très intéressant, d'ailleurs, "Les Liaisons dangereuses" de Laclos fait partie de mes romans préférés.
 


 Ajouter un commentaire
Titre
Commentaire
:) ;) :o :D :s :( :@ :clown: :$ :star: +o( ^|
8( :] (6) (h) :p 9| :'( (y) (n) :| 8-| :{
:?: :nrv: (l) (u) :o/ :pig: :hand: (h5) :yin: :nuc: :x ;D
Auteur
E-Mail (facultatif)
Blog (facultatif)
Se souvenir de mes informations
Recopier le code ci-contre :


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 31-07-2009 à 08h36 | Mis à jour le 07-12-2010 à 09h36 | Note : 7.75/10